hit counter

Nos voyages Cap Vert

La découverte de l'archipel du CAP VERT est attribuée à des explorateurs vénitiens et génois. On sait que des pêcheurs africains y ont débarqué et selon certains récits, des navigateurs arabes, grecs et phéniciens ont également visité les lieux il y a plusieurs siècles.
 
C'est en 1460 que l'archipel intègre la couronne portugaise, devenant terre d'escale pour les navires portugais en route vers le Brésil. Puis, il s'impose comme plaque tournante du commerce triangulaire vers l'Amérique, véritable entrepôt où sont échangés esclaves, tissus, bois et canne à sucre. Les colons font venir en masse leurs propres esclaves du continent africain pour travailler dans les salines et les plantations de coton et de canne à sucre. Le peuplement des îles se fait progressivement, en fonction de leur potentiel et Sal sera la dernière des îles capverdiennes à être peuplée au XIXème siècle.
Cette prospérité attire les convoitises des pirates et corsaires anglais, français et hollandais. Puis, les Espagnols tracent de nouvelles routes vers l’Amérique et c’est le début du déclin pour les Portugais.
 
En 1866, l'abolition de l'esclavage porte un coup durable à l'économie capverdienne. C'est à cette époque que débute l'émigration vers les Etats-Unis, l'Europe et le Sénégal. A la fin du XIXème siècle, l'ouverture des lignes transatlantiques est l'occasion d'une embellie économique, le CAP VERT devenant une escale privilégiée de ravitaillement en fuel, eau et vivres. Cependant, l'archipel continue de souffrir de fréquentes sécheresses et famines qui font des milliers de victimes au cours de la première moitié du XXème siècle, dans l'indifférence du régime dictatorial de Salazar. Après la Seconde Guerre mondiale, le CAP VERT cesse d'être une escale commerciale et replonge dans la misère.
 
En 1956, un mouvement indépendantiste voit le jour en Guinée-Bissau : le Parti Africain pour l'Indépendance de la Guinée-Bissau et des îles du Cap Vert (PAIGC) formé par Amilcar Cabral, ingénieur agronome, et une poignée de patriotes capverdiens et guinéens dont Aristide Pereira qui sera nommé premier président du CAP VERT. Une lutte armée sans merci soutenue par Cuba et l'Union Soviétique va les opposer au régime de la métropole jusqu'en 1975, date à laquelle les deux anciennes colonies portugaises accèdent à l'indépendance et constituent un seul Etat commun. Suite au coup d'Etat du 14 novembre 1980, c'est la rupture totale entre les deux pays. Le CAP VERT débaptise le PAIGC en PAICV, Parti Africain pour l'Indépendance du Cap Vert. Dès lors, le pays se maintient sous le régime du parti unique à tendance communiste. En 1990, à la chute du bloc soviétique, le multipartisme est autorisé et les premières élections libres voient la victoire du premier parti d'opposition, le MPD. Cette formation politique initie une libéralisation économique à travers des privatisations massives et un cadre favorisant les investissements étrangers. Cette politique fera du CAP VERT le pays le plus riche de l'Afrique du Sahel.
 
En 2008, l'Organisation Mondiale du Commerce accueille le CAP VERT qui fait figure de modèle en Afrique. Trente ans après son indépendance, l'archipel a su, en dépit de faibles atouts et des handicaps de sa géographie, se transformer en l'un des pays les plus dynamiques de sa région.
 
Le CAP VERT au large des côtes de la Mauritanie, du Sénégal et de la Gambie est une terre cosmopolite et métissée, bercée par les rythmes langoureux de la morna rendue célèbre par Cesaria Evora, « la diva aux pieds nus » native de l'île de Sao Vicente et dont la voix a séduit la planète entière. Cette île volcanique, avec ses paysages lunaires, sa magnifique baie portuaire aux eaux limpides, ses plages et ses villages, est le lieu privilégié des poètes, des peintres, des musiciens et des artistes. La ville de Mindelo est d'ailleurs considérée comme la capitale culturelle du CAP VERT. Elle offre une vie nocturne dont la réputation n'est plus à faire et un carnaval des plus festifs, véritable explosion de paillettes et de plumes. Le rythme de ses noites est tout à fait unique dans l'archipel et il y règne une ambiance où les restaurants, les bars et les cafés sont une véritable institution.
 
L'île de Santo Antao est une île éco-touristique par excellence souvent surnommée « le jardin du Cap Vert »  avec ses plantations de canne à sucre, ses cultures en terrasses, ses paysages luxuriants et ses nombreux sentiers de randonnée. Son relief vous surprendra avec ses à-pics vertigineux, ses montagnes qui tombent dans la mer et ses profonds ravins.
 
L'île de Santiago occupe la plus grande superficie parmi les dix îles de l'archipel. C'est aussi la plus africaine des îles d'un point de vue historique et géographique. Sa capitale Praia est aussi la capitale de l'archipel du CAP VERT. Son ambiance et son mode de vie ne vous laisseront pas indifférents !
 
Et enfin l'île de Fogo ou l'île du majestueux volcan, le Pico do Fogo, vous laissera des images fortes avec ses paysages escarpés et ses récentes coulées de lave ...

CIRCUITS DÉCOUVERTE Cap Vert

Cap Vert

Sao Vicente, Santo Antao, Santiago et Fogo

10 jours / 8 nuits

Départ garanti à partir de 2 aux dates de votre choix
Vols, taxes, visa, transferts
Hôtels, demi-pension, visites guidées

2 080 € Réservez